Problèmes et mission de la sonde Hayabusa

Fiche technique :

Masse : 530 kg (dont 50 kg de carburant et 65 kg de xénon)
Développement : JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency)
Date de lancement : 9 mai 2003
Lieu de lancement : Centre spatial de Kagoshima près de la ville d'Uchinoura, dans le sud du Japon

largeur : 1,5 mètre

longueur : 1,5 mètre

hauteur : 1,05 mètre

Deux panneaux solaires d'une aire totale de 12 mètres carrés se déploient de chaque côté de la sonde et une antenne parabolique de haut gain, de 1,5 mètre de diamètre, est fixée sur le dessus.

 

 

Histoire :

Lancée en mai 2003, les problèmes de la sonde Hayabusa commencent dès le 4 novembre lorsque le Soleil entre en éruption et propage donc des rayons X et ultraviolets dans l'espace. Mais il expedie aussi des particules chargées électriquement. Cette éruption est la plus puissante jamais observée et frappe la sonde. Ses panneaux solaires sont endommagés par l'énergie dégagée. Or la sonde est propulsée par un moteurb ionique qui manque donc d'énergie et ralentit. Du coup elle arrive en retard dans les parages d'Itokawa (l'astéroïde qu'elle doit photographier, analyser et prélever des poussières pour analyses), le 12 septembre 2005. Entre temps, l'un des gyroscopes qui lui permet de s'orienter tombe en panne. Heureusement, les deux autres gyroscopes suffisent à orienter le satellite. Oui... sauf que le 2 octobre un second lâche ! En usant de beaucoup d'astuces, et de solides programmes informatiques, les ingénieurs parviennent à lui faire maintenir le cap. Le 12 novembre, elle lance sur Itokawa un robot chargé de cartographier l'astéroïde et d'effectuer des relevés de températures. Mais il loupe la cible de peu. Toutefois, les ingénieurs se rassurent avec les photos extraordinaires que réalise Hayabusa. L'astéroïde dont on connaissait à peine la forme, est cartographié avec une précision de quelques mètres. Reste à en prélever un échantillon...

Justement le 20 novembre la sonde s'apprête alors à réaliser son premier prélèvement. La manœuvre d'approche, extrèmement délicate, est automatique. La sonde se situant à 300 millions de kilomètres, les ordres envoyés depuis Sagamihara au Kapon, qui est le centre de contrôle de la mission mettent vingt minutes pour parvenir à la sonde. Le même temps est necessaire pour savoir si l'engin a bien répercuter l'ordre. Ce qui rend impossible une manœuvre aussi délicate depuis la Terre. La sonde, qui se situait à quelques kilomètres de l'astéroïde, oblique ver sItokawa. Lentement elle se rapproche de sa cible. La descente est optimale. Mais à 17 mètres de son objectif, la sonde ne répond plus. Cependant, trois heures après, le contact est rétabli. Mais les ingénieurs doutent du fait qu'elle ait collecté des échantillons.

La réponse ne sera effective que lors de son retour sur Terre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site